Argo : pousse toi de là !

argo

Après quelques moments, vous reprenez vos esprits. La nausée et le mal de tête vous sont familiers, de même que l’odeur âcre du liquide de cryostase qui vient d’être drainé de votre pod. Autour de vous, les autres membres de votre équipe émergent. Mais… Quel est cet endroit? Ce n’est pas la salle de réveil du vaisseau ou vous avez été placés en hibernation! Que s’est-il passé? Est-ce que votre vaisseau a été intercepté par des trafiquants d’organes et vos cryotubes stockés ici?

Alors que les autres humains se réveillent, l’ordinateur central diffuse une annonce sur les haut-parleurs de la station: « Station Argo, système central. Présence xéno détectée. Veuillez vous rendre immédiatement aux navettes de secours. Séquence d’auto-destruction engagée. »

La couleur de l’éclairage ambiant bascule en mode urgence.

Premièrement, le changement d’endroit, maintenant des Aliens? Mais que…

– « Chef, où sommes-nous? »

Votre équipe est réveillée, et se présente au rapport.

– « Aucune idée, aucune importance. Vous avez entendu Maman. On trouve les navettes et on se casse, GO! »

Quand 2 grands auteurs collaborent pour créer un jeu, forcement ça créé l’évènement, ça suscite l’intérêt, à tort parfois, mais on est forcement obligé de se pencher un minimum dessus. Si en plus de ça, y a de la science fiction et des aliens dedans, on ne peut que se laisser tenter. Argo sort en boutique le 21 novembre 2016, c’est donc en avant première que je vous livre mes impressions.

Le point matos.

argo

On ne voit que lui ces derniers temps, mais ce n’est pas pour ça qu’on s’en lasse, Miguel Coimbra a illustré Argo, et forcement ça le fait. Mais il n’est pas tout seul Alexandre De La Serna a également bossé sur les illustrations. Pour ce qui est du matériel, beaucoup de tuiles bien épaisses, des pions, et des figurines, 25 pour être précis. Elles sont plutôt bien détaillées, je reprocherais juste la couleur des figurines, je commence à avoir du mal avec les figurine de couleur, j’aurais préféré le système des socle de couleur, mais je chipote.

Comment ça se joue ?

Argo vous propose de prendre la tête d’une équipe d’astronaute, tout juste sortie d’un sommeil artificiel, et de vous échapper de votre vaisseau qui est devenu infesté par des Aliens affamés.

argo

Chaque joueur contrôle donc une équipe de 5 astronautes, et un tour de jeu se déroule en 3 phases :

  • La phase Alien : le joueur actif déplace un Alien sur une tuile adjacente, et ensuite les Aliens tuent, si possible, un astronaute.
  • La phase de construction : on prend une des 3 tuiles de salle, ou une navette (s’il peut la placer) et la connecte à une tuile deja en jeu. Ensuite s’il y a un symbole Alien sur la tuile, vous placez un Alien dessus.
  • La phase d’action et d’activation : c’est lors de cette phase que les joueurs activent leur équipe. Il est possible d’effectuer 2 actions, on peut déplacer 2 astronautes différents, déplacer un astronaute et activer une salle, ou inversement, ou activer 2 salles.

On peut donc en conclure qu’un tour de jeu est très rapide. Le sel du jeu réside dans le fait que la plupart des salles ne peuvent contenir qu’une seule figurine. Ce qui veut dire que lorsque l’on pénètre dans une salle occupée, on pousse l’astronaute qui était présent à l’intérieur, dans une autre salle. Ce système peut provoquer des réactions en chaine, et c’est comme ça que l’on pousse nos adversaires dans les griffes des Aliens, et donc marquer des points. Car lorsque vous tuez un adversaire lors de votre tour, vous marquez un point.

argo

De plus chaque salle ne peut être activée, que 2 fois chacune. Il y a des salles de téléportation, des salles de saut qui nous permettent d’avancer de 2 salles, le laser, qui permet de tuer un Alien dans une salle adjacente … Il y a 11 types de salles différentes. Et il y a les navettes, qui permettent de marquer plus de points et surtout de s’enfuir du vaisseau infesté. Ces navettes ne peuvent être placées qu’à 3 salles minimum de la salle de réveil (la tuile de départ). Dès qu’une navette est remplie, elle décolle.

La partie prend fin lorsque les 6 navettes ont quittées la station, lorsque la dernière tuile de la pioche est posée, ou quand tous les astronautes d’un joueurs sont partis, ou ont été tués.

Argo propose un jeu sur 2 niveaux, d’un coté la lutte contre les Aliens, car les Aliens peuvent gagner la partie, et la lutte contre les autres équipes d’astronautes présentes dans la station. Tout va très vite, le jeu est très nerveux, on se pousse, on meurt, on se soigne, on active des salles …Bref vous l’aurez compris, Argo est un jeu d’enfoiré, ou on ne se fait pas que des amis. C’est en quelque sorte un Room 25 survitaminés, en mode Alien.

argo

Donc oui je vous conseille Argo, car c’est un jeu simple, avec une interaction très importante, avec pas mal de calcul, et de vacheries à faire aux autres, tout en étant stratégique, point de hasard ici, puisque pas de dés. Donc les allergiques aux jets de dé, vous pouvez y aller les yeux fermés.

Je tiens à remercier Eric Hanuise, pour avoir pu tester et jouer Argo avant sa sortie.

Argo est un jeu de Serge Laget et Bruno Faidutti, édité par Flatlined Games et distribué par Atalia, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 40 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.