Vikings Gone Wild : clash of clan

Vikings Gone Wild

Un nouvel éditeur pointe le bout de son nez, et répond au nom de Lucky Duck Games. Et cet éditeur a pour particularité d’adapter des jeux vidéo en jeux de plateau, et j’ai envie de dire, putain quelle bonne idée. Car il y a de quoi faire et plein de bonnes idées à prendre. Pour leur premier jeu, ils ont choisit Vikings Gone Wild développé sur Android et IOS par EVERYDAY I PLAY.

Dans Vikings Gone Wild, vous prendrez la tête d’un clan viking, vous développerez votre village, construirez de nouveaux bâtiments, afin de produire toujours plus, et plus vous produisez et plus vous pourrez acheter, avec ses ressources de nouveaux équipements, recruter des unités, construire des défenses … Tout ça aller poutrer les autres clans, et gagner de la gloire.

Le point matos.

Vikings Gone Wild

Vikings Gone Wild se joue essentiellement avec des cartes, donc 220 cartes sont présente dans cette boite, des lingots d’or et des tonneaux de bière en bois, 4 plateaux joueur, et un grand plateau de jeu. Tout ça est d’un qualité plutôt correcte, même si on aurait préféré des cartes de meilleurs qualité, car on les manipule régulièrement. Pour ce qui est des illustrations, c’est du très bon boulot, elles sont juste magnifiques et sont signées Mateusz Komada, Radek Bolkowski et Riszard Lembas.

Comment ça se joue ?

On échappera pas à la mise en place, qui consiste à mettre sur les emplacement adéquate les différents tas de cartes. Chaque joueur se muni de son plateau joueur, de son deck de départ, et de son hôtel de ville niveau 1.

Un tour de jeu se décompose en 5 phases :

  • La phase de production : durant cette phase, vos bâtiment de production vont produire des ressources, et dans Vikings Gone Wild, les ressources sont l’or et la bière.
  • La phase de pioche : Chaque joueur pioche 5 cartes + 1 carte par taverne qu’il possède.
  • La phase des joueurs : chaque joueur va pouvoir effectuer autant d’action qu’il le veut avec les ressources dont il dispose, il va pouvoir acheter des cartes unité, défense, des cartes de la voie d’Odin. Ces cartes iront en fin de tour dans la défausse et seront mélangées pour recréer une nouvelle pioche, c’est ce que l’on appel le deck building. Il sera également possible de construire de nouveaux bâtiments, d’améliorer son hôtel de ville, d’attaquer, d’accomplir une mission et d’échanger des ressources. La plupart de ces actions nécessitent des ressources, donc plus vous construirez de bâtiments de production, plus vous pourrez acheter d’autres bâtiments, unité …
  • La phase de stockage : les joueurs qui ont des bâtiments de stockage vont pouvoir stocker les ressources non dépensées, si un joueur ne peut stocker ses ressources, il les défausse, quel gâchis.
  • La phase de fin de tour : les joueurs vont devoir défausser les cartes jouées durant le tour et les cartes restantes en main, il faut retirer les pions construction sur les bâtiments construit durant le tour, et faire défiler la voie d’Odin, en défaussant la carte la plus à droite, et en faisant glissant toute les carte vers la droite et révéler une nouvelle carte.

Vikings Gone Wild

La fin de la partie dépend du nombre de joueur, à 2 joueurs la fin arrive dés qu’un joueur atteint 40 points de victoire, et de 3 à 4 dés qu’un joueur atteint 30 points. Vient s’ajouter à cela les bonus de fin de partie, qui varient à chaque partie, et qui peuvent faire la différence et changer la donne.

Alors du coup ça dit quoi ?

Vikings Gone Wild est un très bon jeu de deck building simple, efficace, sans fioriture, on y retrouve tout l’esprit du jeu vidéo, et c’est très plaisant. Au bout de quelques parties, on est limite frustré, on voudrait un plateau encore plus grand avec encore plus de bâtiments et de choix à faire, et ainsi voir notre village s’agrandir. 3 extensions sont deja prévues, et la première « Guild Wars » est déjà disponible, ce qui veut dire de nouveaux bâtiments, et pleins de nouvelles possibilités.

II y a quand même 2 petit bémol, le premier est que l’on ne peut pas épurer donc deck de base, et du coup certaines cartes acquises ne seront jamais piochées, et c’est dommage. Le deuxième c’est que lorsque l’on attaque les autres vikings, cela n’a pas d’effet sur eux, un bâtiment attaqué n’est pas détruit, ce qui est bien moins fun. Mais bon cela reste de tout petits bémols qui ne gâche pas le plaisir de jeu.

Lucky Duck Games s’attaque, pour son prochain jeu, à Zombie Tsunami, et j’ai hâte de voir ce que cela peut donner, un kickstarter est prévu pour avril et une sortie en boutique pour la fin d’année 2017.

Vikings Gone Wild

Je tiens à remercier tout particulièrement Cesare d’Atalia pour m’avoir permis de tester Vikings Gone Wild, et Lucky Duck Games bien sur.

Vikings Gone Wild est un jeu de Julien Vergonjeanne, édité par Lucky Duck Games et distribué par Atalia, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 45 à 60 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.