Apocalypse au zoo de Carson City : être Badass ou ne pas l’être

Apocalypse au zoo de Carson City

« Je pourrais vous raconter toute l’histoire mais comme il faudrait sept bouquins, que tu comprendrais pas tout, et qu’en plus j’ai carrément pas le temps, je vais la faire courte. En plus, les livres exigent en vrai !

Rien ne va droit a cardon City depuis que les militaires ont paumé dans le lac une substance qui mutifie tout ce qui vit …

Alors on se retrouve, je sais même plus trop comment, dans ce zoo, avec à nos trousses des trucs moitié humains, moitié animoïdes un peu morts… Puis les autres glandus sont aussi, dans les parages … Bref, faut qu’on la joue serrée pour … C’est quoi ce bruit ? NON AAAAAH …. »

Je crois que c’est la première fois que je chronique un jeu Opla, et comme premier jeu, ce n’est pas n’importe quel jeu, puisqu’il s’agit d’un jeu tiré de l’univers d’Apocalypse sur Carson City.

Pour info Apocalypse sur Caron City est un BD de Guillaume Griffon, et comme je suis très très fan de ce que fait ce Monsieur, je ne pouvais qu’être intéresser par cette petite boite.

Le point matos.

Apocalypse au zoo de Carson City

Apocalypse au zoo de Carson City tient dans une toute petit boite, avec à l’intérieur 66 cartes et une règle de jeu. Les cartes sont de très bonne qualité, et en ce qui concerne les illustrations, et bien c’est juste hallucinant, car c’est Guillaume Griffon lui même qui a fait les illustrations du jeu. Le style de Guillaume Griffon est très reconnaissable, tout d’abord c’est en noir et blanc, la manière que Griffon a de jouer sur les zones d’ombre est juste impressionnant, ça donne un relief au illustrations que l’on voit rarement dans l’illustration. Ce qui fait aussi le style Griffon, c’est la morphologie des personnages qui on tous des têtes énormes, des traits de visages très marqués, tout les personnages sont hyper typés, bref vous avez surement compris que j’étais plutôt fan de ce monsieur. Du coup je vous conseille, 10 fois, 100 fois, de vous procurer les BD d’Apocalypse sur Carson City, et surtout de Billy Wild qui est d’une beauté époustouflante.

Comment ça se joue?

Tout d’abord on place le décor, on mélange toutes les cartes, et on forme un carré de 5 sur 5 avec les cartes, et chaque emplacement comprend 2 cartes. Ensuite chaque joueur choisit une couleur de personnage, et tout le monde est prêt.

A son tour, un joueur peut effectuer une seule action parmi les 2 possibles :

  • Envoyer un de ses personnage dans le zoo : cette action consiste a prendre un de ses personnages et a le placer sur une carte du zoo. Le joueur en question prend donc la carte qu’il y a sous son personnage.
  • Déplacer un de ses personnages déjà dans le zoo : là encore c’est plutôt simple, à votre tour vous pouvez déplacer un personnage d’une case orthogonalement.

Apocalypse au zoo de Carson City

Donc jusque là tout va bien, rien de compliqué ni de vicieux ou de méchant, mais ne vous inquiétez pas, ça vient.

Dans le zoo, il y a des animaux, des allées plus ou moins pleines de zombies, et des allées vides, et c’est bien car on peut souffler un peu. Les cartes animaux ont des valeurs de 4, et les zombies vont de 1 à 3, à votre tour vous pouvez prendre n’importe quelle carte, quelle que soit la valeur. Le truc c’est que derrière certaines cartes, il y a un mutant, et quand c’est le cas, votre personnage ne vous appartient plus car il est en train de muter. Ce qui veut dire que maintenant n’importe qui peut récupérer votre personnage comme toute les autres cartes du plateau.

Non, se balader dans le zoo n’est pas sans risque surtout à Carson City, et comme si il n’y avait pas assez à faire avec les zombies, les autres joueurs peuvent exploser des joueurs adverses. En théorie c’est plutôt simple, chaque personnage a une valeur de 3 à 6, et lors d’un déplacement vous pouvez vous déplacez sur la carte d’un adversaire, mais pour cela, il faut que la valeur de votre personnage soit supérieur ou égal a celle de l’adversaire.

La partie prend fin lorsqu’un joueur ne peut pas jouer, soit parce qu’il n’a plus de personnage vivant dans le zoo, ou bien parce qu’il ne peut plus se déplacer. Les joueurs récupèrent leurs personnages vivants dans le zoo, et additionnent les valeurs de leurs cartes, le joueur avec le plus gros score remporte la partie.

Alors du coup ça dit quoi ?

Et bah c’est vachement bien, le principe du jeu est vraiment hyper simple, c’est fun, méchant, avec de la prise de risque, du placement stratégique aussi, car il faut calculer son coup, on ne se déplace pas n’importe comment.

Apocalypse au zoo de Carson City est donc un très bon jeu, on enchaine les parties très facilement, et on a presque du mal a s’arrêter, ce qui est plutôt bon signe, les illustrations sont magnifiquement dégueulasse, merci Guillaume Griffon, et Opla pour avoir oser une telle collaboration, mais du coup il m’en faut plus !!!

Apocalypse au zoo de Carson City est un jeu d’Alexandre Droit et Florent Toscano, édité chez les Jeux Opla et distribué par Paille Edition, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 15 minutes.

Laisser un commentaire