Cyclades : nom de Zeus !

Cyclades

“Dans l’archipel des Cyclades, au large d’une Grèce pas encore unifiée, les grandes cités (Sparte, Athènes, Corinthe, Thèbes et Argos) se développent et s’affrontent pour assurer leur suprématie sous le regard bienveillant des Dieux.”

En attendant toutes les sorties de ses dernières semaines qui doivent arriver chez moi, j’ai décidé de revenir sur un vieux jeu. Car oui Cyclades fait désormais partie des jeux presque Old School, car il est sortie en 2010, 6 ans déjà, et pourtant Cyclades fait toujours partie des meilleurs jeux auxquels j’ai pu jouer, que ce soit en terme de matériel, de mécanique, de plaisirs de jeu.

Cyclades vous propose de prendre possession d’une armée, et de vous assurez d’avoir votre place dans les Cyclades, en vous aidant des Dieux et autres créatures Mythologiques. Pour gagner il faut réussir à construire 2 Métropoles.

Le point matos.

Cyclades

On ne peut rien reprocher à cette édition qui est tout simplement magnifique. 85 figurines dont 5 créatures Mythologiques, le tout hyper bien détaillé, des cartes, des marqueurs, des tuiles, des bâtiments … Bref une boite à remplie à mort. Ensuite venons aux illustrations, qui pour ce genre de jeux sont hyper importantes, on parle quand même de mythologie. Force est de constater que là aussi c’est du très lourd, et c’est Miguel Coimbra qui s’y est collé, je rappel juste que ce monsieur est l’illustrateur de nombreux jeux tels que 7 Wonders, Sea of Clouds, Smallworld, rien que ça.

Comment ça se joue ?

Une petite mise en place, comme toujours, s’impose. Chaque joueur choisit une couleur, et prend le paravent, les figurines et les marqueurs offrandes de cette couleur. Chaque joueur commence la partie avec 5 pièces d’or, et ensuite selon le nombre de joueur on place des figurines et des bateaux sur le plateau.

Ensuite, on détermine au hasard l’ordre du tour en prenant les pions offrandes et en les plaçant aléatoirement sur le piste d’ordre du tour. Un tour de jeu se compose de 5 phases :

  • Les créatures Mythologiques : On met simplement à jour la piste des créatures Mythologique, en piochant une nouvelle carte et en faisant glisser vers la gauche celle qui s’y trouvaient deja. Si une carte est présente sur le dernier emplacement de cette piste, elle est défaussée. Il y a 3 emplacements pour les créatures, elles peuvent être acheter lors de la phase d’action pour un certain nombre de pièce d’or. Le prix est indiqué sous la carte, et est de 4, 3 ou 2 pièces d’or. Les créatures sont puissantes et donnent des pouvoirs ou aident le peuple qui loue leurs services.
  • Les Dieux : Les tuiles Dieux sont placé au hasard sur le plateau, et nous indique quels Dieux sont disponible pour le tour.
  • Les revenus : sur certaines îles ou case de mer, il y a des cornes d’abondance, ce sont des marqueurs de prospérités. Chaque joueur reçoit donc 1 pièce d’or par marqueur de prospérité contrôlés. Les revenus sont cachés derrière le paravent.
  • L’offrande : Chaque joueur, en respectant l’ordre du tour, va pouvoir faire une offrande en pièce d’or auprès d’un Dieu. Il est possible d’enchérir sur un Dieu déjà sollicité par un autre joueur en offrant plus d’or. Ce joueur aura le choix d’augmenter son offrande ou d’aller solliciter un autre Dieu.
  • Les actions : chaque joueur, dans l’ordre des Dieux, va pouvoir réaliser les actions du Dieu qu’ils ont sollicité. Arès permet de recruter des soldats, de les déplacer, et de construire une caserne, Poséidon permet lui de déployer des navires, de les déplacer, et de construire des ports. Zeus lui, permet de recruter des prêtres qui permettent de diminuer le coût des offrandes, et permet aussi de construire des temples, et Athéna permet, elle, de recruter des philosophes, (sachant que 4 philosophes permettent de construire une Métropole), et de construire des bibliothèques. Et il y a Apollon qui permet de gagner des pièces d’or et de gagner un marqueur de prospérité.

Cyclades

Lorsqu’un joueur arrive sur une île occupée par un autre joueur, il y a combat. Les combats sont très simples, chaque joueur compte le nombre d’unité qu’il a sur cette île, puis y ajoute les éventuels bonus (créatures Mythologiques ou bâtiments), puis on lance le dé. Le joueur ayant la plus plus petite valeur, perd une unité et choisit de continuer le combat ou de battre en retraite. Le vainqueur du combat prend possession de l’île, des marqueurs de prospérité, et des bâtiments s’y trouvant. On peut prendre possession d’une Métropole adverse, et c’est moche quand ça arrive.

Cyclades

Cyclades mêle plusieurs mécanique de jeu, les enchères (qui sont déterminantes dans le jeu) la conquête de territoire, avec un peu d’ameritrash derrière tout ça. Tout ces éléments en font un excellent jeu, mais un jeu de pourri, car c’est vraiment de ça qu’il s’agit, de pourrir ses adversaires. Cyclades est désormais un classique du jeu de société, un incontournable, qui n’a pas pris une ride depuis sa sortie et qui rivalise toujours avec les actuelles sorties ludiques. En même temps, il faut dire que les 2 auteurs sont des pointures et leurs noms vous dira peut être quelque chose, d’ailleurs ces 2 là nous sortent un nouveau jeu d’ici quelques joueur/semaines, un certain Pocket Madness, je vous en dirais plus très prochainement.

Cyclades est un jeu de Bruno Cathala et Ludovic Maublanc, édité par Matagot, pour 2 à 5 joueurs, pour des parties de 1 à 2 heures.

 

 

Laisser un commentaire