Quelles sont les personnes les plus aptes à parler d’un jeu vidéo ? Les créateurs bien sûr ! Et que se passe-t-il quand on les laisse décrire leur oeuvre sans interruption ni question chiante ? Enfin si, quelques questions chiantes quand même sinon ne sera pas drôle. Cela génère une espèce d’interview où les membres du studio interviennent pour nous faire découvrir leur jeu avec beaucoup d’amour. Voici “Parle à mon dev”, une émission enregistrée en direct des différents événements dans lesquels nous nous déplaçons.

Retour à l’état de singe

J’aime beaucoup découvrir de nouveaux projets sur les salons ou festivals. Cela permet souvent de voir une version peu avancée d’un projet et de discuter avec ses créateurs afin de connaitre leur vision du milieu dans lequel évoluera leur jeu durant les années à venir. Le cas d’Ymenok Reborn est en plus particulier car au moment de notre rencontre, durant la Gamers Assembly, seule une poignée de graphistes avait trimé sur le titre.

Et cela se voit dès les premières secondes, le jeu d’Owl Castle Games est très propre, bénéficie déjà d’éléments visuels très jolis et d’une atmosphère particulière. On se sent comme à la maison si on a déjà touché du FPS Old School comme Doom, Quake ou Serious Sam. La volonté des créateurs est effectivement d’emmener les joueurs dans une ambiance des années 90 avec des niveaux semi-ouverts, des plateformes et du shoot brutal.

Il faudra pour le moment repasser plus tard pour cette dernière partie car comme précisé précédemment, on a affaire actuellement à une équipe de graphistes. Si le petit studio a réussi à maîtriser la partie visuelle de l’Unreal Engine, il va leur falloir encore beaucoup de travail concernant l’IA ennemie et tout ce qui suit logiquement ces modifications. Je suppose (et j’ai envie) que les parties devraient être blindées d’ennemis à canarder dans tous les sens mais cela engendrera énormément d’équilibrage dans le game design et des ajustements de level design. Actuellement les groupes de soldats contenaient moins de 5 ennemis très bêtes qui courent tout droit mais qui visent un peu trop bien à mon gout.

Évoluer pour devenir grand

Ymenok Reborn a tout du projet à fort potentiel avec un univers bien à lui – même si l’histoire est plutôt classique – basé sur des singes et des armes originales et bien pensées. Cependant j’ai peur que l’équipe actuelle en bave énormément en ayant démarré leur jeu avec l’aspect visuel plutôt que le vrai moteur lui-même, les choses que l’on ne voit pas. Certes c’est un vrai plus quand tu présentes ton titre sur les salons car c’est hyper propre, fluide et ça flatte la rétine mais si derrière il y a trop de boulot pour rendre le FPS attrayant et fun, cela pourrait demander beaucoup de travail.

Et c’est d’autant plus dommage que d’un point de vue marketing, cela pourrait être un gros frein car comment montrer au public que son jeu évolue alors qu’il est déjà propre visuellement et que ce sont justement des images et vidéos que tu partages pour montrer l’état d’avancement ? Il y aura bien entendu de nouveaux niveaux, de nouvelles armes, etc. Mais un conseil : même si je ne travaille pas dans le jeu vidéo (je travaille dans l’architecture logicielle, c’est très proche), il faudra certainement corriger tous les éléments de game design et l’IA sur le premier niveau afin d’avoir un concept parfait et réglé parfaitement avant de s’attaquer à la suite. Cela peut tout de même se faire en parallèle du level design mais on ne va pas rentrer dans les détails de production ici…

Comme le disait Adrien, il faut prendre les références actuelles pour ta production (modulo sa capacité de production indépendante bien entendu). Il ne faut donc pas oublier le dernier Doom qui est devenu une nouvelle référence dans le FPS Old School et Ymenok Reborn devra s’en approcher le plus possible pour se faire une place dans la dure arène de l’indé. Ce dont je suis sûr c’est que visuellement, on est déjà au niveau.

L’interview

Comme je le disais, j’ai rencontré les membres d’Owl Castle Games et j’ai eu la possibilité d’emmener Jérémy, alias “Majin”, dans un coin sombre de la GA pour lui tirer les vers du nez. Jérémy explique alors ce qu’est Ymenok Reborn, son histoire, ce qu’il contiendra et donne quelques éléments clés sur le futur du jeu.

Pour en apprendre plus sur le jeu : https://www.facebook.com/OwlCastleGames/. Une démo est disponible si vous parcourez la page Facebook. J’essaierai d’en faire un let’s play afin de vous présenter le jeu plus précisément.

Laisser un commentaire