Les jeux vidéo en coopération se font de plus en plus rares et ceux qui le proposent localement ont presque disparu. La promesse des jeux asymétriques a été rayée de la surface de la planète après le scandaleux Evolve. Un couple rêvait cependant d’un titre en coopération locale asymétrique mais ne trouvait pas son bonheur. Les amoureux ont décidé de créer leur propre oeuvre et d’en faire quelque chose d’ambitieux. Figurez-vous que cela n’est pas un conte de fée car il s’agit d’une histoire vraie, celle de Hacktag.

Hacktag

Hacktag a donc germé dans la tête de ce couple qui fonda Piece of Cake Studios aux côtés de Bérenger, le troisième larron qui nous a présenté le jeu durant la gamescom. Le principe est simple, vous êtes un duo de hackers qui va infiltrer plusieurs corporations dans le but de leur voler des informations et éventuellement les faire tomber. L’un sera directement dans les bureaux sur place, alors que l’autre sera à distance et piratera le réseau informatique. Les développeurs aiment utiliser l’exemple de Mission Impossible, les excellents films où Tom Cruise tente d’entrer par effraction dans des endroits dangereux alors que Simon Pegg déverrouille les portes à partir de son PC. Le gameplay pour les deux joueurs est alors totalement différent car l’un aura à diriger un personnage anthropomorphe dans des niveaux générés et l’autre aura un écran montrant des interconnexions entre les machines ou portes afin d’interagir avec elles. Tout comme le grand duo cinématographique, les parties peuvent ressembler à de grandes engueulades face au stress, que ce soit via le jeu en ligne ou dans la même pièce car un mode en écran séparé sera disponible.

Hacktag

C’est justement de cette façon que Bérenger et moi avons entamés une partie dans un nouveau mode présenté en Allemagne. Le Boss Rush transforme un peu la complicité en compétition car le but du tandem est de trouver un lot de codes pour terminer la mission, mais ils peuvent se tirer la bourre pour en récupérer plus que son partenaire. À part cela, je n’ai pas l’impression que cela change beaucoup de choses au déroulement d’une mission. Le hacker virtuel peut toujours ouvrir les portes (ou les fermer violemment sur les ennemis), désactiver les caméras ou attirer les gardes en faisant sonner un téléphone par exemple. En effet, les environnements seront toujours protégés aussi bien physiquement (par des gros molosses) que virtuellement (par des antivirus), vous pouvez donc esquiver les rondes ou réaliser des actions pour les ralentir ou dévier de leur trajectoire. Que ce soit par leur habileté ou des pouvoirs, les joueurs devront coopérer sans arrêt sous peine de sanction immédiate par un emprisonnement et si vous ne sortez pas votre ami avant le temps imparti, vous perdez, il faut donc bien se parler. Cette discussion est d’autant plus importante car Hacktag possède de nombreux puzzles et mini-jeux qu’il faut généralement résoudre à deux. Chercher des codes d’une porte sous la pression de faire choper offre ce petit frisson et ce stress très agréable qu’on n’avait pas ressenti depuis un moment.

Hacktag est actuellement en Early Access sur Steam contre 15€ et nous vous le conseillons vivement afin d’aider les créateurs. Si jamais vous souhaitez attendre la version définitive pour en profiter pleinement en avant la fin de cette année (ou 2018 mais on ne leur en voudra pas), on pourra le comprendre. Peu importe le moment où vous l’achèterez, ce sera un beau geste car ce serait dommage de passer à côté de l’un des meilleurs jeux de coopération de ces dernières années. Nous en reparlerons bientôt car nous avons accès à l’Early Access depuis peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.