Décidément, 11 bit studios avait du lourd lors de cette gamescom 2017. Après les géniaux Frostpunk et Children of Morta, voici Moonlighter, un jeu dans la lignée de Morta, un action-RPG avec des éléments de rogue-lite et un peu d’Atelier. Mais comme la journée était terminée j’ai pu pleinement en profiter mais toujours sans l’aide du staff car c’est à l’image du titre de Digital Sun, on doit tout faire par soi-même – exemple plus fragrant, le jeu a été financé sur Kickstarter avant d’arriver chez l’éditeur polonais.

Moonlighter

Vous êtes Will et vous tenez une petite boutique à Rynoka, une ville commerçante se trouvant proche d’un site d’excavation avec beaucoup de cavernes à explorer. Le jour, Will tient son échoppe et vend des trucs et des machins en tout genre. Il doit veiller à son stock, regarder si ses produits plaisent ou si les prix ne sont pas trop élevés – les clients ont de petites icônes mignonnes au-dessus de leur tête pour illustrer leurs opinions. La nuit, Will ne se repose pas car il apprend de ses erreurs du jour et part chercher les objets pour faire tourner la boutique. Le parcours des donjons fait énormément penser au chef-d’oeuvre The Binding of Isaac, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Will entre donc dans des arènes rectangulaires et élimine les hostiles à la force de ses petites armes qu’il peut bien entendu améliorer au fur et à mesure son aventure.

La démo disponible au public proposait le début de la campagne – j’ai enfin pu doser convenablement une démo 11 bit – et le très court tutoriel était tellement bien foutu qu’on comprenait les principes fondamentaux de Moonlighter en cinq minutes. La journée, on place nos objets sur les étagères, on en crée d’autres et on fixe les prix en quelques secondes selon les désirs des consommateurs. La nuit on enchaîne les combats et les roulades dans des donjons bien pensés et peuplés d’ennemis certes jolis mais plutôt coriaces. La différence avec le jeu de McMillen cité précédemment est que les zones à vider sont autant remplies de pièges que de monstres, on passe notre temps à esquiver les attaques et enjamber les trous grâce à des roulades incisives et justes. Le jeu est super dynamique et toutes les mécaniques sont très malignes à tel point que le jeu de Digital Sun est rentré direct dans mon top gamescom. Comme les deux autres jeux 11 bit studios en y repensant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.