L’appétit vient en mangeant, dit le proverbe. Leader d’une grande nation depuis peu, je pris peu à peu goût aux fins mets et à la luxure. Exploitant ma planète comme un fou, ma soif de conquête spatiale pris rapidement le dessus, je voulais devenir encore plus puissant. Que cela se passe par l’extermination de mes ennemis ou par la puissance de mon royaume, cela m’importe peu car je veux juste être le meilleur de la galaxie avant la fin de mon règne. Ainsi fut ma vie. Voici mon histoire. — Dong dong —

Ce test vient en complément de la preview faite il y a quelques mois.

Test Endless Space 2

L’arrivée du Peuple de la Faille dans notre dimension

Ce texte pourrait être le rituel de chaque joueur de 4X. Ces jeux de stratégie, héritiers de Civilization, vous placent à la tête d’un empire où votre seul but est de gagner en fonction des règles imposées par les créateurs. Dans le cas d’Endless Space 2, plusieurs critères déclenchent la fin d’une partie (1) et en atteindre une seule en premier vous assure la victoire (vous pouvez décider lors de la création de la partie d’uniquement activer la victoire militaire par exemple.) Toutes ces considérations prises, vous avez le champ libre pour faire comme il vous sied pour devenir le leader suprême de la galaxie.

Test Endless Space 2

La colonisation de planète est toujours suivie d’une chouette vidéo

Le jeu d’Amplitude est plutôt intéressant de ce côté car vous agissez selon vos principes propre de joueurs mais aussi de dirigeant d’un empire qui a ses propres traits. Il y a les Sophons qui s’appuient sur la science, les Cravers sont des bêtes sanguinaires esclavagistes ou le Peuple de la Faille, des robots qui viennent d’une autre dimension. Le choix de la race vous oriente alors vers une politique spécifique d’évolution qui guidera votre peuple à travers les tours du jeu. Justement, le rôle de la politique est prédominant dans ce titre car, comme dans la vie, appuyer tel ou tel parti peut mécontenter la masse populaire dont les croyances peuvent changer en fonction du contexte actuel. Il n’est pas rare de voir les habitants condamner un groupement suite à de mauvaises décisions faites après des événements majeurs comme une guerre (2). J’ai moi-même vu mes Sophons sortir dans les rues à cause de la peur, un sentiment militariste s’était propagé sur mes planètes au fur et à mesure que les Cravers détruisaient mes flottes. Le peuple demandait un gouvernement dirigé par sénateur axé sur la force brute. Cet aspect qui intervient tous les vingt tours est très important car il vous permet ensuite de voter des lois – il est par exemple impossible d’imposer une loi industrielle si votre gouvernement ne correspond pas – et d’acquérir des bonus (ou des malus) en fonction du chef en place. Un mauvais choix et la population peut se soulever, ce qui se termine souvent sur une révolte totale. J’ai vu ça, j’ai provoqué ça, vous ne voulez pas que cela vous arrive, surtout après une partie de quelques heures.

Test Endless Space 2

Écran de gestion d’un système

Outre le fait de ne jamais écouter les Français quand il s’agit de choisir un dirigeant politique, un bon empereur doit aussi savoir mener une bataille sur le front. Endless Space 2 tente d’établir une certaine distance entre le joueur et les décisions trop mineures afin de sponsoriser son côté role play : on dirige de loin, on ne contrôle pas les combats, on est plus là comme une Reine d’Angleterre actuelle qu’un Louis XIV de l’époque où tout passait par lui. Sur ce point, Amplitude a fait évoluer son interface depuis notre preview de l’early access car est apparu un semblant de deck de cartes à utiliser lors des combats spatiaux. Ces cartes représentent des choix stratégiques comme des attaques lointaines, sur plusieurs lignes, en maximisant les boucliers. De nouvelles cartes se débloquent avec vos avancées technologiques (ce système a peu bougé depuis l’early access) et débloquent donc de nouvelles options d’attaque. Chaque combat est réfléchi car même en situation défavorable, l’issue n’est pas déterminée d’avance. Nous vous conseillons, contrairement à l’aspect idéologique mentionné avant, de ne pas mettre de côté les avancées militaires car vous pouvez rapidement vous faire rouler dessus si vous êtes trop en retard.

Test Endless Space 2

Se faire rouler dessus, c’est ça : posséder le territoire jaune au bout de 230 tours !

Tous les voyants étaient alors au vert pour décrire ES2 comme parfait mais quelques aspects le font sortir d’hyperespace. La diplomatie du titre est le boulon rouillé de cet engrenage pourtant nickel, à tel point que tout peut partir en vrille et voir un peuple opposé vous déclarer la guerre car vous avez osé prendre un thé vert plutôt qu’un Earl Grey au goûter. Il arrive aussi que les Sophons se prennent pour Alexandre le Grand du futur et fassent même peur aux Cravers. C’est le monde à l’envers, manquerait plus que Trump soit président ! Et ce n’est pas tout, dans une de mes parties j’ai été contraint de payer des tribus car leur souverain, tel un Poutine sous stéroïdes, avait décidé qu’il avait des grosses boulasses et qu’il fallait lâcher la thune sous peine de sanctions alors qu’on ne s’est parlé qu’une fois. Et le pire dans tout cela fut ma partie avec les Persistants que je pourrais résumer en 150 tours d’agonie après que les scientifiques de l’espace trouvèrent que je prenais trop de place : blocus impossible à passer car j’avais mis de côté les avancées militaires impossible à rattraper.

Test Endless Space 2

Très pratique aide au choix de la prochaine technologie à rechercher

Alors oui la diplomatie a des loupés, l’équilibrage laisse à désirer (le Peuple de la Faille semble surpuissant), le début de partie est un peu mou et il manque des options comme l’espionnage mais ES2 d’une propreté folle et génère une addiction malsaine. Quand une partie se passe bien, il devient compliqué d’éteindre le PC car on veut relancer un autre tour qui verra se terminer sa nouvelle recherche, son nouveau bâtiment ou l’arrivée des élections. Avec son interface et son ergonomie soignées à foutre la honte à tous les jeux vidéo de la Terre (il m’arrive trop souvent de faire un clic droit dans les autres applications ou jeux pour fermer des fenêtres comme ici), Endless Space 2 est un nouveau référentiel dans ce domaine.

(1) Il y a la victoire par le score, la suprématie, l’expansion, la création de merveilles, la diplomatie, l’économie ou la science.
(2) C’est souvent pareil en vrai vous me direz. Je connais la chose, j’habite Nantes, j’ai l’habitude …

Fiche du jeu

Titre : Endless Space 2
Style : 4X spatial
Développeur : Amplitude Studio (France)
Éditeur : SEGA
Sortie : 18 mai 2017 (date du passage de l’early access en version finale)
Plateformes : Windows et MacOS
PEGI : 7 (violence)
Prix : environ 40€
Langues : Français pour tous les textes (traductions non terminée à 100%)
Site officiel : https://www.endless-space.com
Informations à jour au 7 août 2017

Let’s play d’Endless Space 2

De nombreuses vidéos sur disponibles sur ma chaine YouTube via une playlist dédiée. Je vous partage une vidéo récente mais n’hésitez pas à regarder les autres pour vous faire une meilleure idée.

Notre avis sur Endless Space 2

Difficile de décrocher, le syndrome du « one more turn » est bien présent, synonyme de qualité pour un 4X. Visuellement, Endless Space 2 est parfait, je n’ai jamais vu un jeu aussi complet et complexe si lisible et agréable, surtout quand on sait que le moteur du titre est plus ou moins basé sur des tonnes de feuilles Excel. Certaines décisions de l’IA sont incompréhensibles voire illogiques ce qui rend certaines races délicates à jouer comme les Persistants plutôt faibles sur le papier face à des peuples militarisés. En attendant un rééquilibrage ou l’installation d’un mod dédié, préférez des races très intéressantes comme les Vodyani ou les Sophons, voire le Peuple de la Faille (quoiqu’un peu trop puissante à mon goût à tel point de la voir parfois bannie de parties multijoueur). Malgré quelques soucis déjà cités, impossible de ne pas le conseiller, je n’aurai pas consacré plusieurs dizaines d’heures de ma vie à un mauvais jeu.

Les plus : addictif / interface exemplaire / des races bien différentes / système politique intéressant / les combats sans prise de tête / un tutoriel assez bien foutu / suivi régulier / les mods

Les moins : la diplomatie parfois étrange / équilibrage à revoir / toujours pas d’espionnage ? / le 4X en multi, c’est toujours chiant et Amplitude n’a pas encore trouvé la formule magique

Très bon !

Testé à partir d’une version vanilla (sans mod) commerciale sur PC Windows et Steam. Jeu offert pour test. Temps de jeu dépassant les 30 heures. Captures vidéo et d’images réalisées par moi-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.