Outlive : la survie à tout prix !

Outlive

« Approchez, derniers survivants de l’apocalypse ! Rejoignez l’une des 4 tribus qui tentent de survivre dans leurs abris souterrains, loin de la radioactivité ambiante. Répartissez intelligemment vos ressources, construisez de nouvelles pièces, réparez de l’équipement, et avant tout, nourissez les vôtres. Organisez méthodiquement les déplacements de vos héros, que vous avez envoyés à la surface pour récupérer de la nourriture, de l’eau, des provisions, et tout ce qui peut être utile à votre tribu. Faites attention, les autres tribus sont de plus en plus hostiles les unes envers les autres. Écoutez, la rumeur dit vrai : le Convoi arrive… c’est le dernier espoir de l’Humanité ! Malheureusement, il ne peut accueillir qu’une seule tribu. Vous devez prouver votre valeur, qu’elle qu’en soit le prix. Et si vous devez renoncer à votre humanité au passage… et bien qu’il en soit ainsi. Survivez ! »

Il en aura fait du bruit ce petit Outlive, après un KS plus que réussit, Outlive est arrivé en boutique, et j’ai enfin pu mettre la main sur une boite, et c’est cool !

Le point matos.

Outlive

Autant le dire de suite, les illustrations sont de Miguel Coimbra, du coup est ce que je dois vraiment précisé que c’est beau, oui ? non ? Ok j’en met une couche quand même, Miguel Coimbra n’est pas un débutant, il a illustré plein de très bon jeux comme 7 Wonders, Sea of Clouds, Argo, Cyclades et Smallworld, Donc oui y a du niveau. Donc que ce soit le plateau en lui même, les cartes, les tuiles, les abris, ça le fait vraiment, l’ambiance est clairement bien retranscrite, donc voila. Pour le matériel, tout est de très bonne qualité, tout est super épais, à part les tuiles fouilles et les tuiles gibiers, j’ai d’ailleurs trouvé ça étrange comme choix, mais bon. Outlive est donc une belle et grosse boite bien rempli, vous en aurez largement pour votre argent en terme de contenu.

Comment ça se joue ?

On commence bien sur par la mise en place, qui est plutôt rapide pour un jeu de ce calibre. Chaque joueur prend un abris, les 3 salles de départ, pioche 2 cartes héro et en choisit 1, pioche 6 tuiles de salle et en choisit 4, on dispatche nos héros sur le plateau comme indiqué sur notre carte héro, on récupère les ressources et l’équipement indiqué par la carte. Ensuite on dispose toutes les ressources près du plateau, on place 6 cartes évènement, faces cachées sur le plateau des évènements, et on est prêt.

Outlive

Une partie de Outlive se fait en 6 jours, donc 6 tours de jeu, et chaque jour est découpé en 3 phases :

  • L’aube : durant cette phase, on réalimente le plateau de jeu, en ressources, en survivant, en tuiles équipement et en tuiles fouille.
  • Le jour : on commence d’abord par révéler la première carte évènement, et on en applique son effet. Ensuite, on peut à notre tour déplacer un de nos héros sur un lieu allant jusqu’à 2 lieux de distance et sur un lieu ne contenant pas un autre de nos héros.. Ensuite le héro peut faire autant d’action que le chiffre qui est imprimé sur lui. On peut donc récolter des ressources, chasser du gibier, fouilles les villes, mais attention si on arrive sur un lieu contenant un héro adversaire ayant une force supérieur à la notre, il fait pression sur nous et peut, si on ne se défend pas, nous voler des ressources.
  • La nuit : cette phase est surement la plus difficile, puisque durant la nuit, vous allez être enfermé dans votre abris, et il va falloir gérer pleins de choses. Vous pourrez résoudre un évènement, c’est à dire payer des ressources pour prendre la carte évènement et donc éviter que l’effet de cette carte ne l’applique le jour suivant. Car oui si on ne résout pas les évènement, et bien ils se cumulent à chaque tour. Ensuite il faudra nourrir les survivants que vous hébergez, avec de l’eau, de la viande et des conserves. Chaque survivant non nourrit quitte votre abri, ce qui peut avoir des conséquences, puisque apres il faudra gérer la radioactivité, qui accroit chaque jour. Ce sont les survivants affectés au SAS qui gèrent ça, chaque survivant présent dans le SAS réduit la radioactivité de 1. Si vous n’avez pas pu les nourrir, il quitteront le SAS et donc ne géreront pas la radioactivité. Vous pourrez ensuite recruter de nouveaux survivants, chaque denrée dépensée permet de recruter un survivant. Après ça, vous pourrez construire les salles de votre abris, car au début du jeu, elles ne sont pas construite, 3 ressources sont nécessaires pour les construire. Une salle, lorsque le nombre de survivant requis pour son fonctionnement est atteint, donne un effet à chaque tour de jeu. Tout les équipements que vous récupèrerez dans les villes seront endommagés, et c’est à ce moment là que vous pourrez les réparer en dépensant autant de ressources que demandées sur la tuile. Et pour finir chaque joueur procéde au nettoyage de son abris, en jetant tout ce qui est périssable, comme la viande, et l’eau, on ne pourra garder que 2 ressources d’eau pour le jour suivant.

Une fois tout ça résolu, on peut passer au jour suivant, un nouvel évènement est révélé, plus on avance dans la partie plus la radioactivité est importante, donc non vous êtes pas sortie de l’auberge.

La partie prend fin au bout du sixième jour, on comptabilise les salles construites avec des gens dedans, le malus de radioactivité s’il y en a, le nombre de survivant présent dans l’abri, les tuiles équipements et les évènements résolus. Le joueur qui a le plus de point pourra partir avec le convoi dans un endroit bien meilleur et moins dangereux.

Alors du coup ça dit quoi ?

Et bien ça dit que, la première partie, c’est très chaud. Il y a plein de choses à gérer, la position de ses héros pour le tour suivant, au risque de se voir bloquer pour aller sur certains lieux cruciaux pour le tour suivant, gérer les ressources, les gens, les évènements … Une fois que l’on a l’habitude, on gère de mieux en mieux, et c’est très plaisant. De plus le thème est hyper bien rendu, les illustrations aident beaucoup mais pas que, c’est vraiment un tout, et il est difficile d’en sortir tellement le jeu est prenant à tout les niveaux.

Donc oui vous l’aurez compris, Outlive est un très bon jeu, avec un thème fort, immersif, tendu, de la gestion de tout les instants, des choix et des décisions à prendre, pas toujours facile d’ailleurs. Je pense que si l’apocalypse devait arriver, Outlive devrait être obligatoire pour apprendre à tout le monde comment gérer une telle situation.

Outlive est un jeu de Grégory Oliver, édité par La Boite de Jeu et distribué par Blackrock Games, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 60 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.