Comme je vous le disais précédemment, le Stunfest est un salon réputé pour sa dimension accueillante mais aussi très compétitive. C’est donc dans cette ambiance que des jeux comme Stonebond ou ici Splash Blast Panic prennent une réelle ampleur. Le jeu des Suisses de la Team KwaKwa est par contre tout mignon et accessible à tout le monde, même votre oncle au bout de la table qui pense encore que le jeu vidéo est pour les demeurés.

On pourrait très bien mettre ce pauvre énergumène devant un Walking Dead ou Life is Strange pour lui montrer que le milieu est génial et sain. Ou bien vous passez la vitesse supérieure en jouant avec lui à Splash Blast Panic. Ce petit brawler / party game tout charmant met en scène 4 protagonistes qui doivent de foutre sur la gueule pour déterminer qui est le meilleur de tous. Ce que SBP fait très bien, c’est d’avoir réussi parfaitement son gameplay qui n’est absolument pas basé sur la violence car seule la ruse et un peu de skill vous fera gagner.

Splash Blast Panic

Les cartes n’ont pas de limite et à la manière d’un Smash Bros. vous devez pousser vos adversaires au-delà des bordures l’écran pour leur faire perdre une vie. Pour cela, vous possédez un pistolet à eau mais celui-ci n’est pas assez puissant car il ne fait que limiter les déplacement. L’autre choix qui s’offre à vous consiste à charger votre jetpack dans une direction pour réaliser une sorte de dash (une charge) – Elias Farhan, game designer et programmeur, n’aime pas trop le terme de dash mais difficile d’utiliser un autre mot – pour dégager fortement les autres. Enfin certains pouvoirs destructeurs peuvent être lancés pour plier une partie ou se rattraper d’une défaite certaine. Chaque personnage a son propre pouvoir, il faut donc bien le choisir en début de partie.

Les arènes ont aussi leur importance car certaines recèlent d’événements aléatoires bien pénibles : feu, glace, conduites d’eau sous pression, etc. autant de choses pouvant faire tuer en un instant. Toutes les cartes que j’ai pu essayer sont réussies, tout comme le jeu. Splash Blast Panic bénéficie d’un soin tout particulier et a déjà été éprouvé sur certains salons et événements avec tournoi. C’est très lisible malgré le bordel ambiant et la musique électro 8/16 bits bien énervée en font un jeu vraiment top à essayer entre potes et peut-être votre oncle relou, avec un paquet de chips et quelques bières. Encore un bon jeu suisse (Elias a aussi bossé sur Stonebond), va falloir regarder un peu plus chez eux ces prochaines années.

Splash Blast Panic est présent sur Steam Greenlight et sortira dès qu’il sera fini, surement en fin d’année.

Laisser un commentaire