Sultaniya : le palais des milles et une nuit

sultaniya

Aujourd’hui, point d’affrontement, de dés et de figurines, prenons nous un instant pour des architectes des contes des milles et une nuit, et essayons de construire le plus beau et le plus grand palais, pour notre Sultan.

Le point matos.

Sultaniya est une belle boite parfaitement illustrée par le maître Xavier Colette, et qui ne nous trompe pas, en regardant l’illustration, on est capable de situer le contexte du jeu.

A l’ouverture, un thermoformage nickel, avec des tuiles (beaucoup de tuiles), 4 figurines de génie, quelques pions, des saphirs (non pas des vrais …), une piste de score et 4 plateaux individuels.

sultaniya

Comment ça se joue ?

Sultaniya est plutôt simple dans sa mécanique, à chaque tour de jeu, vous avez 3 possibilités :

  • Construire le palais : à son tour le joueur actif choisit une des quatre piles de palais, en dévoile 3, qu’il place devant la pile concernée, et choisit une tuile qu’il place sur son palais.
  • Faire appel à un djinn : les djinns ont tous des pouvoirs différents, plus ou moins puissant, et pour faire appel à eux, vous devrez payer leurs services en saphirs.
  • Passer son tour : vous passez votre tour (c’est fou cette logique), mais vous récupérez 2 saphirs, ce qui n’est pas négligeable.

Les 4 piles de palais correspondent aux différents niveaux du palais. Et comme avec des dominos, les tuiles que vous poserez dans votre palais doivent correspondre en tout point, et doivent être posées en décalé les unes par rapport aux autres.

sultaniya

Alors bon, poser des tuiles de palais c’est bien beau, mais c’est quoi le but de la chose ?

Chaque plateau individuel est différent, avec des objectifs (visibles) qui lui sont propres, comme construire des fenêtres, des tours, des minarets … et chaque joueur a 2 objectifs secrets.

La partie prend fin lorsqu’un joueur a posé 5 tuiles de toit, on fait le compte, et le joueur qui obtient le plus de point de victoire est évidemment sacré vainqueur, et ne sera donc pas jeté aux crocodiles.

Sultaniya est un bon jeu, efficace, qui demande de la réflexion. il faut être à l’affut de tout, afin d’anticiper ce que vont faire vos adversaires, et donc utiliser les djinns et prendre les tuiles avant qu’elles ne soient prises par les autres. Donc Sultaniya est un jeu simple, mais loin d’être simpliste, croyez moi.

sultaniya

Je vous conseille donc Sultaniya, qui possède une vrai richesse et une vrai profondeur, sur la durée, car ce n’est pas un jeu auquel on joue une fois tous les 6 mois, il faut le pratiquer pour en apprécier toutes ses qualités.

Sultaniya est un jeu de Charles Chevalier, édité par Bombyx et distribué par Asmodée, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 45 minutes.

Sultaniya est disponible chez notre partenaire, les magasins Sortilèges.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.