Yamataï : pour les beaux yeux de la reine Himiko

yamataï

« La reine Himiko a confié une mission prestigieuse à tous ses bâtisseurs : faire de la capitale de Yamataï la perle du royaume. À vous de prendre l’ascendant sur vos concurrents pour construire la plus belle cité en utilisant les ressources apportées par les flottes qui sillonnent l’archipel. Préparez votre stratégie, recrutez des spécialistes, et faites ce qui est nécessaire pour gagner les faveurs de la reine Himiko. Mais surveillez bien vos adversaires, car au final, seul l’un d’entre vous sera reconnu comme le plus grand bâtisseur du royaume de Yamataï !« 

Un nouveau Days of Wonder est toujours un évènement, car on sait d’avance que tout va être très soigné, que le matériel sera nickel … Et lorsque l’on sait que Bruno Cathala est au commande, en partie, on ne peut que se réjouir de la chose. L’année dernière sortait l’excellent Quadropolis, et le 10 mars 2017 est arrivé en boutique Yamataï.

Yamataï vous propose de devenir un bâtisseur, et pour bâtir vous utiliserez les ressources que vous récolterez sur différentes iles, que vous acheminerez par bateau.

Le point matos.

yamataï

Doit on vraiment faire un point matos pour un jeu Days of Wonder ? Allez juste pour vous mettre l’eau à la bouche, le format de boite est le même que d’habitude, on ne change pas de gamme, et à l’intérieur, ça déborde de matériel, 41 bâtiments en bois, 80 bateaux en bois repartis en 5 couleurs, 10 tuiles de flotte, 18 tuiles spécialiste, des jetons culture, montagne, des pièces, des tuiles bâtiments … Et tout se range parfaitement dans un thermo bien pensé où chaque élément à sa place. Pour ce qui est des illustrations, c’est du haut niveau, Jeremie Fleury, illustrateur qui touche à plein de domaine, la littérature jeunesse, les jeux vidéos, et qui a illustré Oceanos, Le Petit Chaperon Rouge … Pour Yamataï, les illustrations servent impeccablement le thème, c’est beau, c’est fin, bourré de détails, bref c’est beau.

Comment ça se joue ?

Pour la mise en place, il faut prendre un peu de temps, car avec tout le matériel présent dans la boite, vous vous doutez bien, que le temps de tout sortir, et de disposer tout ça sur la table ça prend du temps. Ensuite il suffit de placer aléatoirement sur le plateau les jetons ressources, de placer les spécialistes, les tuiles flotte, chaque joueur prend un plateau individuel les bâtiments à sa couleur, son meeple, quelques pièces et c’est partie.

Un tour de jeu de Yamataï est plutôt simple, et se décompose en 5 phases, certaines sont obligatoires et d’autres facultatives :

  • Choisir une flotte (obligatoire) : le premier joueur sur la piste d’ordre du tour choisit une tuile flotte. Chaque tuile flotte a un effet et un numéro, les effets sont divers et variés, et nous permettent toujours de prendre au minimum un bateau, et pour les effets, on peut éliminer des bateaux sur le plateau, échanger des bateaux ou des ressources de place… Le numéro, lui, sert à déterminer l’ordre du tour de la manche suivante.
  • Commercer (facultatif) : vous pouvez, à cette phase, acheter ou vendre un bateau. Le prix dépend de la couleur du bateau, les seuls bateaux qui ne se vendent pas, et qui ne s’achètent pas, sont les bateaux transportant de l’or (les jaunes).
  • Placer des bateaux sur le plateau (facultatif) : pour placer un bateau, il faut commencer par un des points d’entrée du plateau, ou vous placer sur un emplacement libre relié à un bateau de même couleur que celui que vous désirez poser. Les bateaux se posent les uns à la suite des autres. Lorsque vos bateaux sont placés, vous devez obligatoirement, construire ou ramasser des jetons culture. Pour les jetons culture, vous en ramasser autant que de bateaux posés, et adjacent aux bateaux que vous venez de poser. Si vous voulez construire, c’est simple, si autour d’une ile vide (sans jetons culture), il y a les couleurs de bateaux qui correspondent à une tuile bâtiment révélée, vous pouvez vous en saisir et construire ce bâtiment. Les bateaux nécessaires à la construction ne doivent pas être posé par vous, car tout bateaux posés peut servir à tout les joueurs.
  • Mettre de coté les bateaux inutilisés (obligatoire) : si à la fin de votre tour, il vous reste des bateaux, vous devez les mettre de coté. Vous pouvez en garder un de coté pour le tour suivant, et pour les autres, vous ne pouvez plus vous en servir, mais pour chaque paire qu’il vous reste en fin de partie, 1 point de victoire vous sera retiré.
  • Recruter un spécialiste (facultatif) : les spécialistes ont tous des capacité spéciales, qui sont un gros plus pour vous aidez dans la partie. Pour les recruter, il faudra payer avec 2 jetons culture identiques, ou avec 3 différents.

yamataï

Dès que tout les joueurs ont effectués leur tour de jeu, c’est la fin de la manche, chaque spécialiste non utilisé se voit ajouter 2 pièces sur sa tuile, puis on ajoute un ou plusieurs spécialistes, pour arriver à 5 spécialistes. On pioche de nouvelles tuiles bâtiment, pour en avoir 5 également. Ensuite les joueurs vont placer leur meeple sur la piste d’ordre du tour, sur le chiffre qui correspond au numéro de la tuile flotte choisit en début de tour, ce qui va déterminer l’ordre de la prochaine manche. De nouvelles tuiles flotte sont placées sur le plateau, et on peut reprendre.

La fin du jeu intervient lorsqu’un type de bateau est épuisé, lorsque l’on ne peut plus ajouter un cinquième spécialiste sur la piste, ou lorsque l’on ne peut plus mettre une cinquième tuile bâtiment. On procède ensuite au décompte des points, et bien évidemment, le joueur ayant le plus de point de prestige remporte la partie.

Alors du coup ça dit quoi ?

Yamataï est un très bon jeu, mécaniquement hyper simple, mais stratégiquement c’est une tout autre histoire. Il y a beaucoup de chose à prendre en compte, beaucoup de choix à faire, à planifier (du moins essayer), ce qui rend le jeu pas si simple que ça. La première partie est évidemment plus longue, il faut bien se familiariser avec le système de jeu, et l’iconographie, qui est tout de même bien faite.

Yamataï est donc un jeu très riche à tout les niveaux, avec une belle courbe d’apprentissage, stratégique à souhait mais d’une grande fluidité, encore un bon cru chez Days of Wonder, à quand le prochain !!??

Yamataï est un jeu de Bruno Cathala et Marc Paquien, édité par Days of Wonder et distribué par Asmodée, pour 2 à 4 joueurs, pour des parties de 60 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.